Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Aventuracinq

Aventuracinq

Une famille Ordinaire qui devient Nomade pendant 1an !

Les Kurdes

Du 07 novembre au 11 Novembre 2018

 

Nous décidons de descendre en Anatolie du SE et d'aller en direction de Mardin au sud de la Turquie. Sur la route se trouve la ville de Diyarbakir, qui se revendique être la capitale kurde. 

En discutant avec plusieurs kurdes, nous comprenons mieux qu'elles sont les relations entre Turcs et Kurdes.

Tout d'abord, les personnes rencontrées parlent kurde et nous accueillent avec des "Welcome in Kurdish".

Le Kurdistan est réparti depuis la fin de la première guerre mondiale entre 4 pays: la Turquie, la Syrie, l'Irak et l'Iran. En ce qui concerne la Turquie, depuis cette période, les kurdes ne pouvaient plus utiliser leur langue de même que le port de leur costume national, et, toutes les écoles kurdes furent fermées. Cette politique suscita de nombreuses rébellions et les autorités turques sévirent d'une manière vigoureuse.... 500 000 personnes furent tuées ou déportées.

Aujourd'hui, environ 13 Millions de Kurdes vivent en Turquie et revendiquent un territoire indépendant, mais cela n'est pas du tout du goût des dirigeants turcs.

 

Pour y parvenir, nous traversons des paysages magnifiques… et plus désertique

Les Kurdes
Les Kurdes
Les Kurdes
Les Kurdes
on a juste vu l'affiche mais aucun loups à l'horizon !

on a juste vu l'affiche mais aucun loups à l'horizon !

Nous traversons des villes qui ne sont pas forcément très hospitalières, les femmes sont de plus en plus voilées et les regards sont de plus en plus méfiants !

 

Je ne sais pas pourquoi, j’ai décidé de lire les infos du fil d’Ariane du ministère des affaires étrangères, qui informe en temps réels les risques potentiels pour les voyageurs  à l'étranger...Quelle erreur !!! car  les infos ne sont pas très rassurantes sur cette partie du pays... 

En effet, nous arrivons à Diyarbakir où la vieille ville a subi un urbicide en 2015-2016 par l’armée turque. Cette ville abritait des jeunes combattants du PKK et en représailles les militaires de l'Etat turc ne se sont pas arrêtés à une reconquête des quartiers tenus par les rebelles mais ils ont détruits une grande partie de la vieille ville. Le but de l'armée était de détruire le bâti et la vie urbaine, d'où cette notion d'urbicide.

C'est une ville coupée en 2 que nous découvrons, rasée d’un côté !

A l’entrée de la ville, nous aurons notre premier Check Point, je suis stressée à l’idée de pénétrer dans cette ville avec les enfants mais il n’est pas vraiment possible de faire demi-tour alors je demande à la police  qui nous contrôle si nous pouvons rentrer dans cette ville ou s’il est préférable de faire marche arrière...Le policier me réponds « no problem for tourist »… mais nous sommes pas très rassurés quand même, nous traversons plusieurs check point avant de pénétrer dans cette ville ultra-sécurisée. Tous les bâtiment, rues, hôtels, commerces sont surveillés par des agents de sécurité, la police ou l'armée, en plus des dizaines de caméras au m2...L’armée est bien présente avec des chars qui bloquent certaines entrées, les soldats sont plutôt jeunes mais très bien armés. 

On se gare sur le parking d'un supermarché et prenons  le temps de manger dans le fast-food d'à côté, nous faisons quelques courses et David demande au gardien du parking s’il est possible de rester pour la nuit. Il commence à nous dire qu’il doit prévenir l’armée de notre présence !? ok pour nous, et que nous devons déplacer le camping-car de quelques mètres afin d’être sous la caméra…ok aussi!…Les militaires lui ont quand même demandé de fouiller notre camping-car pour s'assurer que l'on ne transportait pas de bombes!

C'est la fin de la journée mais on décide de s’engager dans cette ville qui a pourtant l’air en effervescence, nous nous baladons assez facilement mais à la tombée de la nuit, nous décidons de rentrer au camping-car… j’appelle mes parents pour leur dire où nous sommes en minimisant un peu et que tout va bien pour nous, nous sommes en sécurité ! ce qui est vrai mais en lui annoncant la ville, je reçois une heure après un message sur whattsapp me disant que c’est risqué là où nous sommes… je tente de les rassurer, leur disant que non !, et leur promet de les appeler demain matin !

C’est ce que je ferais et je pense qu’ils ont été rassurés…

Parce que, toute ces forces de l'ordre sont présentes pour intimider et surveiller de près la population kurdes et non les touristes...

 

Le matin, on se dit qu’il serait dommage de ne pas aller visiter la ville… baskets au pieds, passeports dans le sac à dos et c’est parti !

Les Kurdes
Les Kurdes
Les Kurdes
Les Kurdes
Les Kurdes
Les Kurdes
Les Kurdes
Les Kurdes
Les Kurdes
Les Kurdes
Les Kurdes
Les Kurdes
Les Kurdes
Les Kurdes
La mosquée
La mosquée
La mosquée
La mosquée
La mosquée
La mosquée
La mosquée
La mosquée

La mosquée

On découvre, comme la veille, une ville en ébulition, des commerces  et  des restaurants ouverts, des familles qui se promènent, les étalages en tout genre sont garnis de fruits, légumes, vêtements, jouets…. 

La ville, qui se situe dans la vallée du Tigre est entourée d’une muraille, la plus grande du monde après la célèbre muraille Chine. Cette ville a été partiellement détruite pendant la guerre et c'est en accédant sur la muraille que nous pouvons nous rendre compte que la ville a complètement été détruite sur une moitié…

Nous avons été super bien accueilli dans cette partie de Turquie mais nous avons préféré sortir assez rapidement de cette zone où nous nous sentions pas très rassurés quand même, non pas une insécurité   venant de la population kurde (bien, au contraire) mais plutôt de l'omniprésence de l'armée et de ses contrôles.

 

Les Kurdes
Les Kurdes
Les Kurdes
Les Kurdes
Les Kurdes
Les Kurdes
Les Kurdes
Les Kurdes

Nous roulons un peu et nous trouvons une zone de loisirs inaugurée par Erdogan en Août dernier, et, avec l’accord du gardien, on se dit qu’une nuit au calme serait la bienvenue..

Les Kurdes
Les Kurdes
Les Kurdes

Nous sommes Dimanche, le pont à Malabadi à quelques dizaines de kilomètres de Diyarbakir est l'un des plus haut du monde en arc d'ogive et date de 1147.

Plusieurs familles pique-niquent dans l’herbe, les enfants jouent, d’autres pèchent au filet ou avec une canne à pèche, le coin est plutôt paisible…

On se balade sur le pont, en-dessous, au-dessus, l'ambiance est plutôt calme...

Les Kurdes
Les Kurdes
Les Kurdes
Les Kurdes
Les Kurdes
Les Kurdes
Les Kurdes

C’est en repartant qu’un kurde s’approche de nous, s’accoude à la fenêtre de David  et commence à parler en français en nous conseillant de visiter la ville d'Hasankeyf… Quand soudain, on entends des freins qui grincent, une voiture s’arrête en trombe devant nous, 4 hommes sortent, pistolets, menottes à la main et interpellent de manière musclée les 4 jeunes qui sortaient de leur voiture…C'est devant cette scène et sans se faire prier que nous partons sur le champs...

Elise et gabin n’ont rien vu de tout ça (eh, oui, ils étaient déjà absorbés par leur tablette!) mais Pauline a vu toute la scène… Elle a mis un moment à s’en remettre…

 

C’est un peu plus loin que le gps nous fait passer par des petites routes…c'est bon, on est passé !
C’est un peu plus loin que le gps nous fait passer par des petites routes…c'est bon, on est passé !
C’est un peu plus loin que le gps nous fait passer par des petites routes…c'est bon, on est passé !

C’est un peu plus loin que le gps nous fait passer par des petites routes…c'est bon, on est passé !

Notre sentiment sur ce peuple

Il ne se passe pas une journée sans que l'on entende parler du problème kurde à la télé. Cette minorité de plus de 20 Millions de personnes dans le monde ne souhaite qu'une seule chose, de vivre en paix dans un territoire qui leur appartient.

Les rencontres que l'on a fait nous ont permis de comprendre le problème des Kurdes en Turquie.

Nous voulions vous partager notre ressenti à travers cet article...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article